Il était une fois dans une banlieue parisienne lointaine une petite maison. Sur sa façade un peu décrépite s’étalait l’inscription en style 1900 « Café de la gare ». Mais derrière ses murs, elle avait été vidée de ses habitants, de ses meubles et de sa vie. Maintenant la voix y résonne et l’humidité y est reine. La petite maison est bardée de fissures, ses fenêtres sont renforcées de constructions en bois. Elle était pourtant, il y a encore peu, le foyer où Marie, 25 ans, et sa sœur Hannah, 23 ans, avait passé la fin de leur enfance et toute leur adolescence. Aujourd’hui, elle vacille, secouée par le passage d’un tunnelier. Drôle de destin : un café de la gare qui ne résiste pas à la construction d’une gare de tramway souterraine.

Dans la fable des trois petits cochons, la maison en pierre est indestructible. Le refuge par excellence. Protégeant ses habitants, leur intégrité et leur intimité de la tempête que le loup déchaîne à l’extérieur. Les préservant de la dispersion. Les laissant rire et chanter narguant le danger qui les entoure. S’élevant en cadre qui défini le cercle familial. Mais que faire quand cette maison s’effondre ?

Écouter le documentaire radio diffusé le 28 juin 2016 dans l’émission Sur les docks de France Culture

Laisser un commentaire