Résonance #3 – Hailu Mergia

Vous avez aimé Sugar Man, ce film à l’américaine racontant l’histoire de Rodriguez, un chanteur Folk devenu ouvrier-maçon aux États-Unis, qui a appris à 60 ans qu’il était une légende en Afrique du Sud ? Alors vous allez aimer l’histoire d’Hailu Mergia, que j’ai pu découvrir en concert à la Baustelle du Schauspielhaus de Leipzig le 8 décembre dernier.

hailu_mergia-600

Il y a encore à peine un an, Hailu Mergia ne jouait plus que dans son salon ou à l’occasion de quelques jams chez des amis. En 1981, c’est pourtant comme l’un des meilleurs joueurs de claviers éthiopiens qu’il débarque avec le Walias Band, pour une tournée aux États-Unis. Il décide alors, avec quelques autres membres du groupe qui formeront bientôt le Zula Band, de ne pas retourner en Éthiopie, subissant à ce moment là la dictature de la junte militaire du Derg. Mais après dix années de concerts dans les bars et les mariages et une douzaine de cassettes enregistrées, il abandonne la scène à contre-cœur. De façon tristement ironique, au même moment, au début des années 1990, le label français Buda Musique redécouvre un certain nombre de jazzmen éthiopiens, parmi lesquels Mulatu Astatke, qui a par la suite signé la Bande originale du film de Jim Jarmusch, Broken Flowers, en 2004. Grâce au travail de son directeur, Francis Falceto, une série d’enregistrements sont réédités sous le nom désormais fameux d’« éthiopiques », qui comprenaient entre autres quelques pistes du Walias Band et en particulier le classique Muziqawi silt.

Sa renaissance, Hailu Mergia la doit à Brian Shimkovitz, au commande du blog devenu label « Awesome Tapes From Africa ». En janvier 2013, ce dernier est tombé par hasard en Éthiopie sur une de ses cassettes. Conquis, il retrouve facilement le numéro d’Hailu Mergia désormais chauffeur de taxi à Washington. On peut s’imaginer le coup de téléphone qui s’en suivit comme assez surréaliste. Après avoir quitté la musique depuis vingt ans dans l’indifférence générale, Hailu Mergia se voit proposer par un inconnu la réédition d’une cassette enregistrée en solo en 1985 « Hailu Mergia & His Classical Instrument ».
Il faut dire que la recherche musicale qu’il y conduit est particulièrement intéressante. A l’aide d’instruments modernes, un piano électrique et un synthétiser DX7, il reconstruit les rythmes et les modèles mélodiques de différentes musiques traditionnelles éthiopiennes, issues en particulier des cultures Amharic, Tigrinya et Oromo. Mais surtout, il réintroduit un instrument et un son répandu en Éthiopie dans les années 1950 mais tombé rapidement en désuétude par la suite : l’accordéon.

Du 28 novembre au 8 décembre 2013, une tournée européenne a été organisée. Hailu Mergia est passé par l’Allemagne, la Hollande, le Danemark et le Portugal mais malheureusement pas en France. C’est bien dommage pour les fans d’éthio-jazz français. Associé au talentueux contrebassiste Mike Majkowsky et au batteur Tony Buck, il a présenté sur scène un set solide. Si les morceaux à l’accordéon demeurent assez traditionnels et d’une nostalgie un peu pesante par moment, ses passages aux claviers sont remarquables. S’appuyant sur des lignes de basses assez courtes et des rythmes particulièrement groovy, ses longues improvisations bardées de notes redondantes et d’hésitations rythmiques précisément calculées font mouche. L’intensité dramatique de ses morceaux nous entraîne dans un lieu situé entre les bars d’Addis Abeba de l’avant 1974 et la Nouvelle-Orléans de Jack Kerouac. Tout en retenu, Hailu Mergia transmet une énergie folle et un plaisir de jouer qui, comme il me le dit lui même à la fin du concert, lui a tant manqué pendant toutes ces années loin du public.
Je vous mets un petit bout du concert ci-dessous. Désolé pour la qualité, l’enregistrement émane de mon portable, on perd pas mal de subtilités… Mais ça peut vous donner une petite idée.

Sources :
http://www.planetrock-booking.de/30-0-Hailu-Mergia.html
http://www.awesometapes.com/2013/05/hailu-mergia-and-his-classcal-instrument.html
http://www.washingtoncitypaper.com/blogs/artsdesk/music/2013/06/21/awesome-tapes-from-africa-reissues-songs-from-hailu-mergia-local-cab-driver/
http://www.aquariumdrunkard.com/2013/09/26/hailu-mergia-the-aquarium-drunkard-interview/
http://en.wikipedia.org/wiki/Walias_Band

Laisser un commentaire